Bien rédiger sa CSS ? Idiomatic !

La qualité d’un site web passe aussi par ses outils et les moyens mis en œuvre afin de faciliter sa maintenance, son évolution, le travail collaboratif.

Bien rédiger, organiser, présenter les styles CSS fait partie de cette démarche qui contribue à la qualité d’un projet. A ce titre, la bonne écriture des styles demeure quelque chose de libre et propre à chaque intégrateur web ce qui occasionne nombre de différences et de difficultés d’adaptation entre deux techniciens.

Heureusement, certaines personnes qualifiées nous proposent des conventions d’écriture, sorte de règles destinées à établir une charte commune à tout intégrateur web (aussi dénommé intégrateur front-end) pour nous permettre de suivre une ligne directrice unique favorisant la collaboration et facilitant la compréhension du travail effectué par d’autres.

Pour ma part, en tant que formateur HTML et CSS je soutiens une convention dénommée Idiomatic-css elle regroupe un ensemble de bonnes idées (et bonnes pratiques) que je recommande à mes apprenants pour faciliter leur travail et rendre leurs styles mieux organisés, un atout de poids pour travailler au sein d’une équipe.

OPQUAST – Le référentiel à adopter !

Depuis mes débuts en formation j’ai cherché à respecter les bonnes pratiques. Mais qu’entend-on par bonnes pratiques ? Pas toujours évident à préciser, d’autant qu’elles évoluent au fil du temps et des évolutions techniques.

J’ai cherché à suivre les recommandations de certaines organisations, comme AccessiWeb ou le RGAA de l’état français. Mais s’ils sont très précis dans les domaines de l’accessibilité aux personnes handicapées, ils ne concernent pas nombre d’autres bonnes pratiques pourtant bénéfiques à la conception et l’utilisation des sites web.

Aussi, je suis depuis plusieurs années l’évolution d’un autre référentiel dénommé OPQUAST et qui m’apparait comme complémentaire et plus large puisque traitant de points de design, d’accessibilité, de performances, de code, d’utilisabilité, de référencement naturel, et autres points indispensables au bon usage d’un site web pour un large public.

Un ouvrage papier et e-book sont d’ailleurs disponibles, dont la lecture mérite vraiment le temps à y consacrer : QUALITÉ WEB – Les bonnes pratiques pour améliorer vos sites. A lire sans modération, et il y a du travail, 217 points de contrôle au total !

Intégration web – Les bonnes pratiques

Parmi mes lectures, je recommande l’ouvrage de Corinne Schillinger, Intégration web – Les bonnes pratiques qui présente un vaste et complet ensemble de bonnes pratiques en rapport avec l’intégration web.

Corinne Schillinger est fondatrice d’une agence web localisée en Alsace et a collaboré par le passé avec Raphaël Goetter avec lequel elle partage visiblement le souci des bonnes pratiques et de la qualité.

Bien que ce livre date de fin 2012, son contenu reste très pertinent en 2015 et nombre de propositions sont à adopter sans hésitation !

Vive recommandation :)

Mission Infographiste Multimédia 3D

Pour quelques semaines j’accompagne un groupe au sein de Nexformation, pour leur enseigner un ensemble de connaissances web (XHTML, HTML5, CSS3, WordPress, SEO, RWD et bonnes pratiques OPQUAST).

Il s’agit de la formation Infographistes Multimédia 3D en reconversion professionnelle. Des profils différents mais très motivés, et même si le web n’est pas leur objectif premier, ils témoignent d’un réel intérêt pour son apprentissage et la réalisation de leur portfolio en ligne :)